𝗖𝗵𝗼𝘂𝗰𝗮𝘀

⚠️ Attention à vos cheminées

Le choucas des tours est une espèce protégée en France. Malgré cela, elle fait l’objet de dérogations préfectorales régulières, autorisant sa destruction car sa prolifération cause des nuisances importantes. Ses nids dans les cheminées présentent un risque d’intoxication au monoxyde de carbone et d’incendie en obstruant les conduits.

Contre ces risques, il est recommandĂŠ :

  • De gainer sa cheminĂŠe pour empĂŞcher l’accroche des nids
  • De couvrir son faĂŽtage d’une grille solide
  • D’installer un dĂŠtecteur mixte fumĂŠe-monoxyde
  • D’effectuer un ramonage au printemps et Ă  l’automne

Choucas et dÊgâts sur les cultures de printemps

Les choucas font chaque annĂŠe des dĂŠgâts sur les semis de printemps. La profession agricole est très mobilisĂŠe pour maintenir des possibilitĂŠs d’action. Comme chaque annĂŠe, il est indispensable de dĂŠclarer les dĂŠgâts que vous subissez. Ces donnĂŠes permettent de mieux cibler les interventions, et de disposer d’élĂŠments preuve pour justifier les moyens d’action. Pour vous apporter des ĂŠlĂŠments d’actions possibles quant aux attaques de Choucas des tours, la Chambre d’agriculture remet en place un numĂŠro vert !

  • DĂŠgâts de Choucas des tours :

DĂŠpartement 29 :
Sur les secteurs prioritaires, la DDTM du Finistère va désigner des tireurs agréés. Sur les secteurs autres que prioritaires, les lieutenants de louveterie seront autorisés au cas par cas pour intervenir. Ces opérations ne pourront être menées que sur constatation de dégâts et présence d’un nombre important de choucas (en attente de la parution de l’arrêté préfectoral)

Annulation des arrêtés préfectoraux autorisant le tir sur les Choucas des tours provoquant d’importants dégâts

En l’absence de solutions agronomiques efficaces et économiquement viables, les élus de la Chambre d’agriculture de Bretagne se battent tous les ans pour que des tireurs agréés puissent intervenir dans les parcelles fortement touchées par les attaques. Ces tirs et prélèvements sont réalisés à titre d’effarouchement.

Les prĂŠfets des dĂŠpartements les plus touchĂŠs : Finistère, CĂ´tes d’Armor, Morbihan prennent depuis plusieurs annĂŠes des arrĂŞtĂŠs de dĂŠrogation Ă  tir et piĂŠgeage concernant cette espèce protĂŠgĂŠe, en expansion en Bretagne et dont les dĂŠgâts ne font l’objet d’aucune indemnisation. Cette espèce provoque chaque annĂŠe plusieurs centaines de milliers d’euros de dĂŠgâts dĂŠclarĂŠs en Bretagne.

Ces arrĂŞtĂŠs permettent de mettre en place un dispositif très encadrĂŠ : dĂŠclaration des opĂŠrations de tirs et piĂŠgeage, qui ne peuvent ĂŞtre rĂŠalisĂŠs que par des tireurs agrĂŠĂŠs et formĂŠs.

Le tribunal administratif de Rennes a rendu mardi 14 juin sa dĂŠcision en suspendant les arrĂŞtĂŠs.
Les interventions à tir ou piÊgeage ne sont donc plus possibles. Or, nous entrons dans la phase oÚ les parcelles de production lÊgumière chou, pois sont vulnÊrables aux attaques.

La profession agricole dénonce cette impasse et n’accepte pas que les agriculteurs soient ainsi mis en difficulté. Elle met tout en œuvre pour alerter les Ministères. Elle attend la mise en place d’un plan de gestion efficace.

Pour agir, il nous faut disposer chaque annĂŠe de donnĂŠes concernant les dĂŠgâts occasionnĂŠs, ainsi vous avez eu des dĂŠgâts de Choucas des tours ou autre espèce : dĂŠclaration de dĂŠgâts

Contact : VĂŠronique Vincent - 06 30 99 81 81veronique.vincentbretagne.chambagrifr