Alerte

đ—đ—źđ—żđ—±đ—¶đ—»đ˜€ 𝗿đ—Čđ—șđ—źđ—żđ—Ÿđ˜‚đ—źđ—Żđ—čđ—Č𝘀 : đ—™đ—¶đ—»đ—¶đ˜€đ˜đ—ČÌ€đ—żđ—Č đ—Ąđ—Œđ—żđ—±

Jardin Exotique & Botanique de Roscoff

Lieu-dit Roc’h Hievec - Roscoff
☎ 02 98 61 29 19 ou 06 65 78 99 43

Du 1er septembre au 6 novembre : tous les jours, de 10h à 18h en continu (y compris les jours fériés)

❗ FERMETURE HIVERNALE de novembre Ă  fĂ©vrier

Temps de visite moyen : 1h15 (derniÚre entrée 1h avant la fermeture)

+ d'infos pour accéder au jardin


Le Jardin Exotique & Botanique de Roscoff est géré par le Groupement Roscovite des Amateurs de Plantes Exotiques et Subtropicales (G.R.A.P.E.S), une association à but non lucratif, employant 7 salariés.

CrĂ©Ă© Ă  partir de 1986, Ă  l’initiative de Messieurs Louis KerdilĂšs et Daniel Person, le jardin couvre aujourd’hui 1,6 ha, mais paraĂźt beaucoup plus vaste grĂące Ă  une conception originale imaginĂ©e par Alain Le Goff.

Le Jardin prĂ©sente au public l’une des plus grandes collections de plantes australes cultivĂ©es en plein air sous nos climats (+ de 3500 espĂšces) : principalement composĂ©e de plantes d’Afrique du Sud, d’OcĂ©anie, d’AmĂ©rique du Sud, des Îles Canaries, de MadĂšre et d’AmĂ©rique centrale.

Ces plantes ne sont pas classĂ©es par continent mais disposĂ©es pour former un paysage « naturel ». Chaque annĂ©e, nous introduisons de nouvelles espĂšces. Nous disposons les plantes dans le jardin selon leurs besoins et non leur provenance, et la nature fait le reste !

En effet, de nombreuses plantes ne sont pas vivaces mais se ressÚment abondamment de façon naturelle, comme les Echium des Canaries.

En 2017, nous avons crĂ©Ă© un potager oĂč nous expĂ©rimentons la culture des plantes potagĂšres australe. Nous sommes un jardin d’acclimatation en perpĂ©tuel mouvement.

Depuis 2014, une serre froide accueille des cactus, bulbes ou succulentes non rustiques en pleine terre. Les succulentes les plus rustiques sont installées en rocailles.

Le Jardin est bordĂ© des deux cĂŽtĂ©s par la mer et baignĂ© par la dĂ©rive Nord-Atlantique du Gulf Stream, ce qui nous permet d’avoir un microclimat plus doux.

En gĂ©nĂ©ral, les tempĂ©ratures ne descendent pas en dessous de 0°C prĂšs du rocher et n’atteignent que rarement – 5°C en haut du jardin. Le jardin est divisĂ© en petites parcelles par des haies pour limiter l’action du vent.

Le rocher, appelĂ© Roc’h Hievec , situĂ© cotĂ© Est, protĂšge les vĂ©gĂ©taux des vents d’Est et emmagasine la chaleur pour la restituer la nuit. Un panorama sur la Baie de Morlaix vous est offert aprĂšs l’ascension des 78 marches  !

MĂȘme si le jardin n’est pas divisĂ© par zones gĂ©ographiques, les besoins des plantes et leur origine gĂ©ographique vont de pair. Ainsi, la zone derriĂšre le Rocher est composĂ©e de nombreuses plantes en provenance du Chili, comme l’Embotryum coccineum, l’Arbre Ă  feu du Chili. Les massifs autour du rocher sont principalement composĂ©s de protĂ©acĂ©es d’Afrique du sud et d’Australie. Enfin, la zone fougĂšre rĂ©uni des plantes principalement originaires d’OcĂ©anie, comme les fougĂšres arborescentes.

Vous pourrez découvrir des odeurs étonnantes en froissant le feuillage des plantes odorantes du jardin des senteurs .

Le Jardin Georges Delaselle sur l'Ile de Batz

Jardin Georges Delaselle - Penn Batz - 29253 Île-de-Batz

☎ 02 98 61 75 65

+ d'infos pour accéder au jardin

Le jardin est ouvert : Du 1er avril au 14 octobre 2022 tous les jours de 11h00 Ă  18h00. Du 15 octobre au 13 novembre 2022 tous les jours de 11h00 Ă  17h30.

Durée de visite : 1h00 - Animaux admis en laisse


Jardin paysager et d’acclimatation, crĂ©Ă© en 1897 et comprenant plus de 1700 espĂšces originaires de tous les continents. En raison de son climat privilĂ©giĂ©, il s’est spĂ©cialisĂ© dans l’acclimatation et la prĂ©servation de la flore insulaire mondiale notamment celle issue des Ăźles subtropicales ocĂ©aniques.

Jardin et collection botanique :

L’époque de la conception, son thĂšme et son vocabulaire apparentent le jardin Georges Delaselle Ă  d’autres jardins dont les plus connus se trouvent sur la CĂŽte d’Azur. Son style « paysager Â» et le traitement des espaces particuliers que sont la palmeraie, la cacteraie, la pelouse des cordylines montre bien qu’ils ont Ă©tĂ© conçus afin d’évoquer des ambiances et des paysages exotiques plutĂŽt que dans un souci de collection botanique. Ce dernier aspect, l’intĂ©rĂȘt botanique ne saurait  cependant ĂȘtre nĂ©gligĂ© en ce qu’il appartient en propre Ă  l’idĂ©e mĂȘme de jardin exotique. Aujourd’hui, le jardin Georges Delaselle possĂšde une collection de la flore insulaire mondiale (Canaries, MadĂšre, Robinson CrusoĂ©, Australie, Nouvelle-ZĂ©lande
)

La NĂ©cropole :

La nĂ©cropole, espace dĂ©gagĂ© au coeur du jardin, est une respiration entre deux mondes. Cet espace permet de s’imprĂ©gner de l’ambiance gĂ©nĂ©rale du jardin, de s’extraire de l’üle avant de plonger dans des mondes vĂ©gĂ©taux extrĂȘmement variĂ©s. On y dĂ©couvre Ă©galement des sĂ©pultures de l’ñge du bronze mises Ă  jour par Georges Delaselle lors de la crĂ©ation du jardin.

La Palmeraie :

La palmeraie est une profonde excavation creusĂ©e dans le sable, l’argile et la roche jusqu’à prĂšs de 5 mĂštres de profondeur, dont les bords sont travaillĂ©s en terrasses soutenues par des murets en pierres sĂšches. Comme son nom le laisse deviner, il s’agit d’une collection de palmiers et de plantes subtropicales voire tropicales pour certaines. C’est un microclimat Ă  l’intĂ©rieur du jardin, oĂč les vĂ©gĂ©taux, complĂštement coupĂ©s du vent, poussent de façon frĂ©nĂ©tique. Tout ici n’est que luxuriance.

Le Calvaire :

Le calvaire est un passage apaisant, un espace de recueillement. Lieu mystique oĂč se conjugue une trinitĂ© de monuments : le dolmen, vestige de l’époque de l’ñge du bronze, christianisĂ© par une croix du XVIIe siĂšcle et servant d’amer aux bateaux, et la tombe de Georges Delaselle, transfĂ©rĂ©e du cimetiĂšre municipal de l’üle en 2008.

La Cacteraie :

La cacteraie accueille, sur ses terrasses, une multitude de plantes toutes plus originales les unes que les autres. Les arbres sont à nouveau absents et la lumiÚre inonde les plages de cactées, aloÚs, agaves et aeoniums.

Le Jardin Océanien :

Ouvert sur le sud et sur la mer, le jardin ocĂ©anien propose une collection de plantes nĂ©o-zĂ©landaises et australiennes aux couleurs chaudes et chatoyantes. Ce paysage vous fait partir aux antipodes de l’üle.

La Terrasse Ouest :

La terrasse ouest est un moment important du jardin, c’est Ă  cet instant que notre esprit est ramenĂ© sur l’üle par une bourrasque d’ouest salĂ©e. Sous la voĂ»te des pins apparaissent la cĂŽte sud de l’üle et le chenal qui la sĂ©pare du continent. La mer, aux couleurs changeant du turquoise au galz breton, se trouve Ă  quelques mĂštres en contrebas du jardin.

Les Terres australes :

Les terres australes sont le dernier dĂ©tour d’un long voyage Ă  travers le monde vĂ©gĂ©tal. Cette derniĂšre escale permet de dĂ©couvrir la prĂ©sence des vĂ©gĂ©taux peu communs sous nos latitudes Ă  travers un sous-bois. Nous sommes dans le royaume des plantes australes qui, comme leur domination l’indique, viennent d’Australie, de Tasmanie, de Nouvelles-ZĂ©lande, d’Afrique du Sud ainsi que du sud du Chili.

Le Conservatoire botanique national de Brest

Rampe du Stang-Alar - 29 200 Brest

☎ 02 98 02 46 00

+ d'infos pour accéder au jardin

Les 12 conservatoires botaniques nationaux mĂšnent sur leurs territoires des missions d’étude, d’accompagnement, de prĂ©servation et de sensibilisation au service du patrimoine vĂ©gĂ©tal sauvage. Leur expertise publique est reconnue par l’Etat, les collectivitĂ©s territoriales et les organismes naturalistes, scientifiques et techniques.

Le Conservatoire botanique national de Brest intervient sur 12 départements répartis sur 3 régions : Bretagne, Normandie et Pays de la Loire. Sa spécificité depuis son origine est son action internationale, plus particuliÚrement dans les ßles océaniques.

Le jardin conservatoire offre un tour du monde vĂ©gĂ©tal en 30 hectares sur 1,5 km de long, oĂč cohabitent des plantes sauvages en danger de disparition avec des plantes horticoles Ă  caractĂšre plus esthĂ©tique. C'est aussi un havre de paix inconrtournable dans la rĂ©gion pour la dĂ©tente et le plaisir des sens.

Un lieu privilégié pour observer la biodiversité

Les plantes sont regroupĂ©es par origine gĂ©ographique crĂ©ant ainsi une succession d’ambiances qui confĂšrent toute son originalitĂ© Ă  ce jardin unique. DĂ©but du voyage en Armorique, puis dĂ©tour par la MĂ©diterranĂ©e et l’Asie, avant de terminer en AmĂ©rique ou Australie. Les bruyĂšres et les chĂȘnes bretons grandissent ici en compagnie de l'Echium des Canaries, de l'Euphorbe des Açores, du CyprĂšs du Cachemire ou encore du Cocotier du Chili.

A chaque saison, ses surprises - Venez admirer les floraisons printaniĂšres, les couleurs d’automne et les diffĂ©rentes espĂšces animales qui peuplent ce jardin aux paysages grandioses. Un rĂ©gal pour les photographes et les curieux de nature !

Un décor reposant

Le ruisseau qui traverse le Vallon, les nombreux Ă©tangs qui s’égrĂšnent le long du parcours et les hautes falaises donnent au lieu sa majestĂ© et sa sĂ©rĂ©nitĂ©. Eveillez vos sens en traversant la bambouseraie, en prenant de la hauteur en compagnie des plantes mĂ©diterranĂ©ennes ou en vous reposant Ă  l'ombre des eucalyptus et de leurs parfums. Tous les ingrĂ©dients sont lĂ  pour faire de votre visite un instant merveilleux.

Les jardins de l'Abbaye de Daoulas

21, rue de l'Ă©glise - BP 34 - 29460 Daoulas

☎  02 98 25 84 39

+ d'infos pour accéder au jardin

15 juin-15 septembre : tous les jours de 10h30 Ă  19h
16 septembre - 11 novembre : tous les jours sauf le lundi (ouvert les lundis 21 et 28 oct. et le 11 nov.) 13h30 Ă  18h30

 


LE JARDIN DES SIMPLES : UN JARDIN AUX 1000 VERTUS

Camphrier, mandragore, théier, lin de Nouvelle-Zélande
 Pas moins de 300 espÚces issues des cinq continents et réparties sur les deux terrasses du jardin des simples invitent au voyage et à la découverte des qualités médicinales, aromatiques, condimentaires ou encore tinctoriales de ces plantes.

On trouvera dans ce jardin des « simples », installé en 1997 à l'emplacement d'un ancien verger-potager, l'antique synthÚse entre nature et symbolique spirituelle des jardins de cloßtre, l'appel aux sens du jardin médiéval et le bel ordonnancement des jardins Renaissance. Surplombant l'abbatiale et le jardin du cloßtre, il rompt avec le style romantique du reste du parc, ses larges espaces, ses arbres aux essences rares, son étang entouré d'une végétation propre à ces zones humides

Jusqu’alors, le jardin des simples, labellisĂ© « jardin remarquable » en 2012, Ă©tait Ă  lui seul une motivation de visite.

Depuis 2016, un jardin des arbres médicinaux complÚte le tableau.

Une victoire d'or aux Victoires du paysage 2020 - 2021

L'Abbaye de Daoulas a remportĂ© le titre suprĂȘme de Victoire d’or dans la catĂ©gorie "Patrimoine" du concours national et biennal. Elle succĂšde ainsi au ChĂąteau de Chambord primĂ© en 2018 !

VĂ©ritable ressource culturelle et naturelle pour le dĂ©partement et la rĂ©gion, l'Abbaye de Daoulas a su convaincre par la qualitĂ© de son amĂ©nagement paysager mais aussi par son mode de gestion favorisant le dĂ©veloppement de la biodiversitĂ©.

Les Arbres du Monde au Huelgoat

Poërop 29690 HUELGOAT

☎ 07 68 58 24 29

+ d'infos pour accéder au jardin

Ouvert sur plages horaires fixes, pour sûr de mi-mars à mi-novembre, les vendredis, samedis, dimanches et jours fériés de 14h à 18h.


Au cƓur des Monts d’ArrĂ©e, les Arbres du Monde vous proposent de dĂ©couvrir 3600 espĂšces vĂ©gĂ©tales Ă  travers 6 continents. Sur 20 hectares, c’est l’une des plus grandes collections d’arbres et d’arbustes de France.

Ces collections sont organisĂ©es de deux maniĂšres : soit par zones gĂ©ographiques avec l’Europe, l’OcĂ©anie, le Chili, la VallĂ©e himalayenne
 soit par types de plantes avec les rhododendrons, les magnolias, les pins, les chĂȘnes, les Ă©rables


Comment dĂ©couvrir le site : deux parcours sont proposĂ©s, un circuit court d’une heure et un autre de deux heures sur l’ensemble du parc.

L’arboretum du PoĂ«rop

CrĂ©Ă© Ă  l’initiative de la Maison de retraite de Huelgoat, sous la conduite de Jean Merret, Les Arbres du Monde au Huelgoat se sont d’abord appelĂ©s « l’arboretum du PoĂ«rop ».

La propriĂ©tĂ© est acquise en 1967 par la maison de retraite de Huelgoat, le site avait pour vocation de produire des lĂ©gumes et d’élever des animaux pour l’autoconsommation de l’établissement sanitaire et social.

DĂšs le dĂ©but des annĂ©es 70, le site est dĂ©diĂ© Ă  un double objectif : permettre aux retraitĂ©s de conserver une activitĂ© rurale, de prolonger une vie proche de la nature, recevoir les rĂ©coltes d’intĂ©rĂȘt botanique des voyages de Jean Merret.

Dans les annĂ©es 90, les premiĂšres plantations dĂ©butent de maniĂšre concentrique : d’abord aux abords des bĂątiments puis autour.

En 1999, la propriĂ©tĂ© s’agrandit de 7 hectares.

En 2001, la collection d’érables botaniques obtient l’agrĂ©ment du C.C.V.S.

En 2004, un jardin de plantes mĂ©dicinales du NĂ©pal et du Yunnan (rĂ©gion chinoise) et une vallĂ©e himalayenne reconstituĂ©e sont ouverts au public.Et trente annĂ©es plus tard, cet espace dĂ©diĂ© Ă  la biodiversitĂ© vĂ©gĂ©tale, voit ses 3 600 taxons d’arbres et d’arbustes des 4 continents rĂ©partis sur 20 hectares.

Les plantes sont d’un intĂ©rĂȘt botanique unique, et certaines d’entre elles ont Ă©tĂ© introduites pour la premiĂšre fois en France.Ouvert au public jusqu’en 2009, l’arboretum ciblait et attirait surtout les spĂ©cialistes de la botanique et les grands amateurs de jardins.

Les arbres du monde au Huelgoat

Fin 2011, le parc ouvre de nouveau ses portes ! L’idĂ©e est d’ouvrir le site Ă  un large public multi gĂ©nĂ©rations : familles, enfants des Ă©coles et des centres aĂ©rĂ©s, visiteurs des Monts d’ArrĂ©e, et bien Ă©videment botanistes.

En octobre 2019, la SociĂ©tĂ© CoopĂ©rative d’IntĂ©rĂȘt Collectif « Arbres du Monde en ArrĂ©e | Gwez ar Bed en Are » prend le relais de Malo Dormont pour l’entretien et l’animation du lieu.

Un lieu de partage

Les Arbres du Monde au Huelgoat, au-delĂ  d’un parc ou d’un jardin botanique, est un site ouvert aux diffĂ©rentes gĂ©nĂ©rations, un site d’échanges et de partage autour de la nature, de sa faune et de sa flore.

Le parc de l'Abbaye du Relec à Plounéour-Ménez

Le Relec - 29410  PlounĂ©our-MĂ©nez

☎ 02 98 78 05 97

+ d'infos pour accéder au jardin


Une longue histoire se dévoile !
Maquette animĂ©e et projection immersive en racontent les diffĂ©rentes pĂ©riodes. 


Les Monts d’ArrĂ©e : une forĂȘt, une vallĂ©e. Et au milieu, l’Abbaye du Relec. De la vie paisible et retirĂ©e des moines cisterciens Ă  celle animĂ©e d’un village breton, il y a dĂ©jĂ  beaucoup Ă  dire. Quant aux 9 siĂšcles d’existence de ce « pays » hors du commun, ils ont, sans conteste, bien des choses Ă  raconter.

Au 12e siĂšcle, l’abbaye s’implante au milieu de terres « sauvages » : des landes, de l’eau et des bois. Sans bousculer l’ordre naturel, l’abbaye se fond dans le paysage, apprivoisant les pentes ingrates du terrain. AprĂšs un temps de prospĂ©ritĂ©, non dĂ©nuĂ© de drames, elle connaĂźt un lent dĂ©clin, puis c’est la fin d’un monde avant la renaissance, en partie grĂące Ă  la vivacitĂ© d’un territoire, du village et de ses habitants.


L’Abbaye du Relec reste aujourd’hui un lieu inspirant et incarnĂ© pour ceux qui y vivent et ceux qui la dĂ©couvrent : certes les bĂątiments conventuels, ou ce qu’il en reste, mais aussi un paysage Ă  nul autre pareil, un « vieux pays » pourrait-on dire.


Les principes de conception et d’organisation des ensembles monastiques cisterciens imposent une discipline d’amĂ©nagement dĂ©pouillĂ© oĂč l’ordonnance rĂ©guliĂšre des volumes s’accompagne de contrastes rythmĂ©s de lumiĂšre et d’ombre. En outre, l’eau constitue l’élĂ©ment majeur du fonctionnement de l’abbaye et elle est traitĂ©e avec art. Aujourd’hui encore, elle jaillit abondamment au milieu d’une vasque centrale avant de s’apaiser dans les douves. Plus loin, grĂące Ă  sa sobriĂ©tĂ© et Ă  son horizontalitĂ©, un Ă©tang met en valeur la verticalitĂ© des arbres et harmonise les scĂšnes paysagĂšres qui l’entourent.


NĂ©anmoins, la nature a pris le contre-pied de l’art des jardins et la rĂ©conciliation est devenue difficile. Ainsi est nĂ©e une Ɠuvre paysagĂšre trĂšs riche, oĂč la biodiversitĂ© vĂ©gĂ©tale et animale s’exprime en prĂ©sence de l’eau dans l’étang et les douves.

Le parc est aujourd’hui un espace naturel prĂ©servĂ©.